12 nouvelles bornes Timescope pour valoriser les patrimoines de France

En ce début d’été 2018, la société Timescope a vu son parc de dispositifs immersifs s’agrandir, alors que 12 bornes sont inaugurées à Arras, Blois, Vendôme, Chaumont, Paris et au Blanc-Mesnil.

Ces bornes de réalité virtuelle en libre-service proposent des visites numériques à leurs utilisateurs. Qu’ils soient des touristes ou des locaux, tous pourront trouver intérêt dans les films 360° qui sont diffusés dans les Timescope, puisqu’ils permettent de redécouvrir un lieu tel qu’il était dans le passé, tel qu’il sera dans le futur, ou bien de voir ce même lieu sous un angle inédit.

Ainsi, dans le Loir-et-Cher, ce sont trois films de promotion de la destination qui ont été tournés. Des captations par drone 360° entrainent les utilisateurs des bornes dans une visite inoubliable des sites emblématiques du département, à l’instar du Château de Chambord et du Zoo de Beauval. Une borne installée en Gare d’Austerlitz à Paris entame ce parcours de visite numérique et incite les voyageurs à se rendre dans la destination. Trois Timescope implantées à différents endroits sur le territoire (Blois, Vendôme et Chaumont) prennent ensuite le relais pour compléter ce parcours de visite unique en son genre.

Le Timescope de la Place du Château de Blois ©Timescope

Depuis Juillet, sur la Tour Montparnasse se trouvent désormais 4 jumelles numériques Timescope qui font découvrir gratuitement aux visiteurs la plus belle vue de Paris… en 218, 1426 et 1889 grâce à des reconstitutions historiques 3D ! Il s’agit là de la première modélisation de la ville de Paris opérée à 3 époques différentes.

Lutèce en l’an 218 ©Timescope

Enfin, deux visites immersives du Blanc-Mesnil sont proposées aux habitants de la ville depuis le mois de juin. Grâce à la réalité virtuelle, ils sont plongés dans le futur de leur quartier et visualisent l’aspect qu’il aura après les projets d’aménagement urbain prévus.

Avec un taux de satisfaction des utilisateurs des Timescope a 95 %, il semblerait que le tourisme numérique ait de beaux jours devant lui !